LES GRANDES CONFERENCES

Lieu : Espace Culturel de la Ferme Franchomme : 1, rue du Général Leclerc à Hem

Horaire : de 18h30 à 20h00..

 

16 octobre 2008
27 novembre 2008
15 janvier 2009
19 février 2009
26 mars 2009

 


- Jeudi 16 octobre 2008

Intervenante : Isabelle Lefebre, conférencière des Musées du Nord - Pas de Calais

Sujet : DAUMIER - CARPEAUX : un art de la subversion.

Le cycle des « grandes conférences » de Hem Loisirs a redémarré jeudi avec Isabelle Lefebvre, conférencière à la fédération des Amis des musées du Nord - Pas-de-Calais et professeur d'histoire de l'art.

Dans le cadre de l'exposition « Daumier-Carpeaux sur le vif » présentée jusqu'au 11 janvier au musée de Valenciennes, il était intéressant de voir ce que ces deux artistes, qui ne se sont jamais rencontrés, avaient en commun. La conférencière, Isabelle Lefebvre a élargi le sujet sur « un art de la subversion » en confrontant Daumier et Carpeaux par le biais de leurs dessins.

En préambule, l'intervenante a parlé de l'exposition ciblée particuliérement sur l'aspect dessiné des instantanés soit de mémoire, soit sur le vif.

Puis, elle a brossé le portrait de ces deux artistes de formations différentes, qui s'exprimaient en grande liberté. « Tous deux partageaient le même don, celui d'explorer des modes d'expression artistiques multiples ».

Avec les réalisations de chacun d'eux, Isabelle Lefebvre a développé leur art et leur façon de procéder, les points communs comme la caricature et la censure qu'ils ont subi,. mais aussi leurs diffêrences.


Photo et extraits du reportage de La Voix du Nord du 19.10.2008

 

EXPOSITION :

Musée des Beaux-Arts de Valenciennes
Boulevard Watteau - 59300 Valenciennes  - Tél. : 03.27.22.57.20 - Plan d'accès

Infos pratiques : du 18/09/2008 au 11/01/2009 de 10:00 à 18:00 : Dimanche, Lundi, Mercredi, Jeudi, Vendredi, Samedi - (Nocturne le jeudi jusque 20h00). Informations réservations : 03.27.22.57.29

Entrée : Plein tarif : 4.90 € et tarif réduit : 2.45 €

 

LIENS INTERNET :

Site Internet WIKIPEDIA - Biographie de Jean-Baptiste CARPEAUX
(cliquez sur l'affichette)
   
Site Internet "Les amis de Daumier"
(cliquez sur l'affichette)

 

Haut de page

 

 

- Jeudi 27 novembre 2008

 

Intervenant : Docteur Jean WALLET

Sujet : Marguerite d'Autriche : une princesse, presque de chez nous, au destin exceptionnel.


Marguerite de Habsbourg, Archiduchesse d'Autriche, est née à Bruxelles le 4 janvier 1480. Elle était la fille de l'Archiduc Maximilien 1er, futur Empereur du Saint Empire Romain Germanique, et de Marie de Bourgogne, fille unique du dernier Duc de Bourgogne Charles le Téméraire qui était aussi Comte de Flandre et de Hainaut.

A la mort de Charles le Téméraire au siège de Nancy en janvier 1477, le roi de France Louis XI avait fait main basse sur la plus grande partie de ses terres. C'est pour défendre ce qui lui restait de son héritage  que Marie de Bourgogne avait épousé Maximilien en Août 1477.

En 1482, Marie meurt accidentellement d'une chute de cheval, laissant orphelins ses 2 enfants Philippe 4 ans et Marie 2 ans et demi. Louis XI propose alors à Maximilien de marier Marguerite avec son fils Charles, 13 ans. Marie est emmenée à la cour de France à Amboise au printemps 1483. Quelque mois plus tard, le dauphin devient le roi Charles VIII à la mort de son père et Marguerite devient reine de France à 3 ans.

En 1491, Charles VIII, devenu adulte, répudie Marguerite, 11 ans, pour épouser Anne de Bretagne, 12 ans, qui était devenue l'héritière du duché de Bretagne, ce qui permet de réunir ce duché au royaume de France. Marguerite est retenue en otage à Melun car Charles redoute des représailles de la part de Maximilien. En 1493, Marguerite regagne enfin les Pays-Bas et se réfugie auprès de sa grand-mère Marguerite d'York, veuve de Charles le téméraire. Maximilien devient empereur du Saint Empire.

En 1496, Maximilien négocie le mariage de ses enfants avec deux enfants des rois d'Espagne. Philippe le Beau épouse Jeanne qui deviendra « la Folle » et Marguerite, âgée de 17 ans, épouse à Burgos en mars 1497 l'infant Don Juan. Malheureusement, celui-ci meurt de tuberculose 6 mois plus tard. Marguerite, désespérée et enceinte, accouchera dans des conditions difficiles d'une fille qui décède rapidement.

Elle souhaiterait regagner les Pays-Bas mais le roi Ferdinand d'Aragon la retient en otage car il est en litige avec Maximilien. Elle est finalement autorisée à partir pour le baptême à Gand du 2ème enfant de Philippe le Beau et de Jeanne la Folle, Charles de Luxemboug, le futur Charles Quint.

En 1501, elle se marie pour la 3ème fois, avec Philibert duc de Savoie, avec qui elle a été élevée à Amboise. Mais le sort s'acharne et en 1504 Philibert meurt d'une pneumonie.

Marguerite reste à Bourg en Bresse pour reconstruire un monastère à Brou, selon un vœu non réalisé de la mère de Philibert, Marguerite de Bourbon.

En 1506, les travaux viennent de commencer quand le frère de Marguerite meurt à son tour. Marguerite est rappelée à Bruxelles pour exercer la régence des Pays-Bas et prendre en charge l'éducation des enfants de son frère, car Jeanne est maintenant complètement folle et sera enfermée dans un couvent jusqu'à la fin de sa vie.

En 1516, à la mort de Ferdinand d'Aragon, son petit fils Charles hérite de tous ses territoires d'Europe et d'Amérique, puis, en 1519, c'est Maximilien qui meurt. Marguerite fera activement campagne pour l'élection de Charles à sa succession, c'est ainsi que Charles Quint devient le maître d'un empire sur lequel  le soleil ne se couche jamais.

Marguerite continue de gouverner les Pays-Bas depuis son palais de Malines, tout en dirigeant de loin la construction du monastère de Brou. Elle joue un rôle politique et diplomatique important, se montrant une négociatrice redoutable. Elle s'efforcera d'aplanir les conflits entre son neveu Charles Quint et son ennemi François 1er, neveu de Philibert.

En 1529, elle négocie à Cambrai avec sa belle-sœur Louise de Savoie, mère de François 1er, la paix des Dames qui réconcilie les deux ennemis. Après cette réconciliation, François 1er, devenu veuf, se remariera avec Eléonore, la sœur ainée de Charles Quint, et François 1er  invitera Charles Quint dans son nouveau château de Chambord.

Le 30 novembre 1530, Marguerite meurt d'une gangrène compliquant une banale plaie du talon et l'année suivante sa belle-sœur Louise meurt de la peste.

Bien qu'oubliée par l'histoire,  Marguerite d'Autriche a été l'un des personnages les plus importants de son temps et a eu une vie qui est un véritable roman. Son règne a été la seule période de l'histoire des Pays-Bas qui n'ait pas connu de guerre.

Elle nous a laissé un bijou de l'architecture gothique flamboyante, le monastère Royal de Brou à Bourg-en-Bresse

Le monastère de Brou :

Sa construction répondait à une double motivation :

  1. en 1480, le duc Philippe de Savoie, père de Philibert avait fait une chute de cheval et était resté dans le coma. Sa femme, Marguerite de Bourbon, avait fait le vœu de reconstruire un monastère bénédictin en ruines à Brou. Miraculeusement, le duc s'était rétabli et sa femme avait oublié son vœu. Elle était elle-même atteinte de tuberculose et en est morte en 1483. Sur son lit de mort, Philibert avait demandé à Marguerite de réaliser le vœu de sa mère.

  2. Marguerite avait vu à Champmol, près de Dijon, la chartreuse que son ancêtre Philippe le Hardi avait fait construire pour abriter sa sépulture et celles de ses descendants. Les tombeaux avaient été réalisés par Claus Sluter et son neveu. Elle avait donc décidé de réaliser la même chose à Brou : construire une église pour abriter son tombeau, et ceux de Philibert et de sa mère et un monastère dont les moines auraient pour mission de prier pour les âmes des 3 défunts.

La construction a commencé en 1506 sous la direction du maître maçon flamand Loys van Boghem,  qui était un expert du style gothique flamboyant choisi par Marguerite. Marguerite a suivi de près la construction depuis Malines.
La construction s'est achevée en 1532, deux ans après la mort de Marguerite qui n'a jamais vu son chef d'œuvre
.


Biblographie :
Marguerite d'Autriche André Besson Nouvelles éditions latines
Généalogie des rois de France Jean-Charles Volkmann Editions Gisserot 
Généalogie des rois d'Europe Jean-Charles Volkmann Editions Gisserot 

Quelques liens :
http://fr.wikipedia.org
http://brou.monuments-nationaux.fr/
http://www.culture.gouv.fr/rhone-alpes/brou/pages/plan.html


Article paru dans la Voix du Nord du 18.12.2008

(cliquez sur l'image pour la visionner agrandie)

 

 

 

Haut de page

 

 

- Jeudi 15 janvier 2009

Intervenant : Jacques CAFLER

Sujet : La chanson française.

Jacques Cafler a évoqué l'histoire de la chanson en citant de nombreux auteurs de toutes les époques tels que Sophocle ou Ronsard "qui affirmait que les vers sont faits pour les chanter".

L'importance du chant dans toutes les circonstances de la vie fut l'occasion d'exposer de nombreux exemples sur les thèmes de la naissance, de l'amour ou du mariage.

A l'étranger, la France est, d'après le conférencier, reconnue pour sa cuisine et pour ses chansons : "la Mer de Trenet".

La conférence fut close sur une chanson de Jacques Brel : "Quand on a que l'amour".

 

 

Quelques liens pertinents :

Site Internet WIKIPEDIA - "La chanson"
(cliquez sur l'affichette)
   
Site MAGISTER - "Lire la poésie et écouter une chanson"
(cliquez sur l'affichette)
   
Site HALL DE LA CHANSON - "Valoriser le patrimoine de la chanson française"
(cliquez sur l'affichette)

Haut de page

 

 

 

 

- Jeudi 19 février 2009 à 18h30 à la ferme Franchomme

Intervenante : Marie-Paule BAUDIENVILLE

Sujet : Jérôme BOSCH et l'alchimie.

Quelques liens pertinents :

- Biographie de Hieronymus van Aken, dit Jérôme Bosch.

- Liste des œuvres (en cliquant sur les tableaux, il est possible de les visionner en grandes dimensions.

(cliquez sur l'affichette)

   
- 2 pages de tableaux et des détails en grandes dimensions.

(cliquez sur l'affichette) (ne tenez pas compte des publicités...)
   

 

- Des figurines en 3D détaillant le Jardin des délices.

(cliquez sur l'affichette)

Haut de page

 

 

 

- Jeudi 26 mars 2009 à 18h30 à la ferme Franchomme

Intervenante : Colette NYS

Sujet : Le travail de l'écrivain, un être d'attention et d'espérance

Compte-rendu journalistique La Voix du Nord

...

Colette Nys-Mazure a été professeur de lettres. Elle anime des ateliers de lecture. d'écriture, collabore à différentes revues. Née à Wavre en Belgique, elle habite dans le Tournaisis.

....

Poéte, nouvelliste, essayiste, Colette Nys-Mazure travaille beaucoup également avec des artistes, peintres et musiciens.
En 1969. en Belgique, on lui publie déjà des textes qui reçoivent une bonne critique "ce qui m'a encouragé et m'a donné une certaine hardiesse. Car, être professeur de lettres est un handicap. Comment oser écrire après des écrivains tels que Baudelaire..."
Son premier recueil "La vie à foison" reçoit même le prestigieux prix Max-Pol-Fouchet. Son talent est immédiatement reconnu. Au fil des ans, son oeuvre a évolué entre les différents genres littéraires : poésie, roman. essais. nouvelles. théâtre. jeunesse : "Tout m'intéresse, je ne veux pas m'enfermer dans une forme de littérature". Aujourd'hui, une quarantaine d'ouvrages ont été publiés portant rur "la vie sous toutes ses formes, l'enfance, les femmes, la mort". Plusieurs prix de littérature lui ont été attribués et ses textes ont été traduits en plusieurs langues.
"J'aime les mots pour eux-mêmes". explique Colette. L'écriture est peut-être aussi une "planche de salut" pour exprimer tout naturellement ce qu'elle ressent. Car son travail porte l'empreinte d'une enfance marquée par le malheur.

...

Dans son désarroi le plus complet, Colette Nys-Mazure a découvert "des gens qui ne se dérobent pas. J'ai été accompagnée, aimée par ceux qui m'ont élevée. Une religieuse m'a encouragé à écrire. Cet éveil à la lecture et à l'écriture m'a permis de voir plus clair, de creuser. J'ai vite perçu que les mots sont une passerelle entre les personnes. L'écriture est un outil qui appartient à tous. Je ne peux pas vivre sans écrire".

Extraits du reportage de Isabelle Dumoulin - La Voix du Nord du 02.04.2009

 

Quelques livres exposés :

           
           

 

Quelques liens pertinents :


- Des extraits de ses poésies, roman, essais et nouvelles...
(site intenet de l'auteur)

( cliquez sur l'affichette)

   

- Biographie de Colette Nys-Mazure et distinctions.

( cliquez sur l'affichette)

Haut de page